Archives pour la catégorie Publication Tract et Appel à Mouvement

Projet d’ouverture dominicale

NEGOCIATIONS ACCORD BHV MARAIS SUR LES DIMANCHES
EXPRIMEZ-VOUS !

En cette période compliquée et chargée socialement nombreux d’entre vous se demandent pourquoi, nous, Sud Solidaires BHV, avons décidé de négocier au sujet du travail dominical ?

Tout d’abord nous tenons à préciser que nous avons été, et nous sommes toujours foncièrement convaincus que le travail dominical n’est ni un modèle social, ni une solution de pérennité pour l’entreprise mais la promulgation de la loi Macron ne nous laissait que deux cas de figure :

1. Soit nous refusions toute négociation et attendions un accord de branche et dans ce cas, nous savions très bien que nous n’obtiendrions qu’un accord au rabais qui ne bénéficierait qu’au patron et ne prendrait pas en compte toutes les spécificités liées au BHV.
2. Soit nous acceptions de négocier en faisant au mieux afin que les salariés du BHV aient une réelle contrepartie et ne soient pas obligés de jeter leurs vies sociales aux oubliettes.

Pris entre le marteau et l’enclume, nous avons décidé d’agir là où l’immobilisme aurait été une solution de facilité. La seule question qu’il faut se poser à l’heure actuelle est : préférons-nous être spectateur ou bien acteur de nos vies ?

Certains diront « SUD SOLIDAIRES BHV retourne sa veste », ce à quoi nous répondons qu’il est bien plus facile de parler que d’agir. Nous l’avons déjà dit et nous le répétons RIEN NE SE FERA SANS VOUS !

Notre démarche n’a qu’un seul but, s’assurer que le volontariat soit respecté et que les salariés travaillant le dimanche aient des compensations en adéquation avec le sacrifice qui leur est demandé et puissent revenir sur leurs décisions.

Ainsi, lors de la dernière négociation du 5 novembre nous avons obtenu des contreparties financières et sociales supérieures à celles envisagées au départ ou au niveau des propositions de branche de l’UCV.

Cet accord soumis à votre avis fixe des limites et s’appuie sur une réalité.

Face à la précarité existante dans notre entreprise, les difficultés financières de certains collègues, le travail du dimanche est une réalité au BHV, comme dans toutes les entreprises du commerce. Nous devions en tenir compte.

Il répond aussi à notre volonté de renouer avec une politique d’emplois, 150 ou 200 embauches prévues en fonction des salariés volontaires travaillant en semaine, ce n’est pas rien !!!
(Pour rappel l’accord 35 heures de 2000 ne prévoyait que 90 emplois sur l’ensemble de la société.)

Nous avons obtenu aussi l’augmentation des horaires des temps partiels qui le souhaiteraient, ainsi que l’octroi pour certains du samedi comme jour de repos hebdomadaire.

La limitation à 15 dimanches travaillés pour le personnel de semaine lié à la vente est aussi un garde fou pour la vie familiale et associative.

Par ailleurs, il nous a semblé important de faire reculer la direction sur son projet de nouvelle rémunération vendeur qui prévoyait d’augmenter le seuil de déclenchement à partir de 100% d’indice au lieu de 90 actuellement.

La nocturne du mercredi est abandonnée et les horaires du dimanches sont fixés de 11h à 19H.

Les chèques Césu pour la garde d’enfants et la prise en charge des frais de transport en cas de co-voiturage sont des avantages supplémentaires pour les salariés travaillant le dimanche.

Malheureusement, nous n’avons pas pu obtenir l’ensemble de nos revendications, car nous avons été pratiquement les seuls pour négocier les contres-parties, la CGT et la CFTC préférant rester spectateurs dans ces négociations.

La situation financière du BHV n’est pas saine, les perspectives d’évolution du chiffre d’affaire à court terme vont être lourdement impactés par les attentats, Il est de notre responsabilité d’essayer d’assurer au mieux la pérennité de nos emplois.

La consultation du personnel sur cet accord des dimanches est un moment important dans la vie sociale de l’entreprise, ne vous laissez pas influencer, exprimez-vous.

Pour rappel pour 2016, les 12 dimanches dit du maire suite à la loi Macron si pas accord au BHV seront rémunérés :
1 jour de récupération + 1 repos dans la semaine+ paiement 100%

Le syndicat SUD-SOLIDAIRES BHV appelle les salariés travaillant au BHV à prendre ses responsabilités comme toute l’équipe SUD SOLIDAIRES BHV l’a fait.

Point sur les négociations des ouvertures dominicales au BHV/Marais

Objet : Point sur les Négociation ouvertures dominicales au BHV/Marais

1. Notre position syndicale :

Le syndicat Sud Solidaires Bhv réuni en assemblée générale le 6 octobre 2015 avec à l ordre du jour notamment les ouvertures dominicales a approuvé la décision de la commission exécutive du 28 août dernier concernant la décision de la demande d ouverture des négociations sur ce sujet.

Suite à la parution des décrets de lois concernant les ZTI et le travail dominical, l’assemblée générale, après des débats animés et constructifs à la majorité des présents a réaffirmé la volonté d’être ferme sur:
• le pur volontariat avec un contrôle et un planning annuel fixé à l avance par salarié concerné.
• Une contrepartie financière importante.
• La possibilité aux temps partiels d étendre leurs amplitudes horaire.
• L’abandon du nouveau dispositif de rem vendeur pour les employés
• La création d’une équipe de fin de semaine avec l’embauche d’un personnel dédié.
• Un effectif suffisant rayon par rayon service par service tout le long de la semaine
• La possibilité pour les administratifs qui en feraient la demande d’effectuer jusqu’à 3 ouvertures.

Le syndicat Sud Solidaires BHV demande que chaque salarié soit décideur et acteur de l avenir de notre enseigne c’est pour cela qu’il a demandé à la direction que les salariés Bhv soient consultés sur la mise en place de ce dispositif.

2. Cadre des négociations au BHV/Marais

La réunion 0 a été tenue le 18 septembre 2015 fixant le calendrier (7 et 20 oct.,5 nov.) et le cadre des discussions, toutes les organisations syndicales représentatives étaient présentes (cgt,cftc,cgc,sud solidaires).

Aujourd’hui 7 octobre en réunion 1, Sud Solidaires BHV a demandé d’aborder dans le détail les dédommagements octroyés aux personnes effectuant les ouvertures dominicales et qui font l’objet d’un contrat spécifique travailleur fin de semaine (garde des enfants, exercice droit de vote, transport, restauration, possibilité de transformer leur contrat en contrat travail en semaine selon disponibilité et critères)

D’autre part notre syndicat a réaffirmé sa volonté de ne pas étendre le travail dominical à toute la population Bhv, démonstration et personnel extérieur compris , restant convaincu que le travail dominical nuit à la vie familiale, associative et culturelle et ne peut pas être un modèle social.

Il faudra rapidement abordé les compensations pour les salariés travaillant la semaine et exceptionnellement travaillant le dimanche.

Paris le 7 octobre 2015.

Travail dominical

TRAVAIL DOMINICAL AU BHV

Comme vous le savez, le syndicat SUD-SOLIDAIRES BHV, a pendant de nombreux mois combattu le projet des ouvertures dominicales des magasins à vos côtés, et avec d’autres organisations syndicales pour essayer de contrer la loi Macron. Force est de constater qu’aujourd’hui cette loi a été votée et s’impose donc à tous les salariés du Commerce des Grands Magasins, que ce soit au travers d’un accord de branche ou par un accord d’entreprise.

Pour autant, nous ne pouvons laisser les organisations syndicales habituelles négocier à minima au niveau de la branche professionnelle (UCV) les modalités et contreparties de l’ouverture du magasin le dimanche, fixées déjà légalement pour les Zones Touristiques Internationales.

C’est la raison pour laquelle, le syndicat SUD-SOLIDAIRES BHV a décidé de prendre l’initiative de demander l’ouverture immédiate des négociations sur la base de nos revendications suivantes :

- Embauches en CDI d’une équipe fin de semaine (samedi – dimanche / dimanche – lundi) ;
- Augmentation du nombre d’heure pour le personnel temps partiel intéressé ;
- Accès au travail du dimanche pour tous les volontaires BHV et ou travaillant au BHV avec droit de retour et contrôle des organisations syndicales ;
- Paiement et récupération des dimanches travaillés à hauteur de ce qui est pratiqué aujourd’hui au BHV ;
- Abandon du projet de modification du système de rémunération des vendeurs ;
- Avalisation du futur accord d’entreprise par voie de référendum.

Le syndicat SUD-SOLIDAIRES BHV reste convaincu que le travail dominical n’est pas un modèle sociétal, ni une solution de pérennité pour l’entreprise. Nous ne pouvons pas laisser pour autant les syndicats réformistes négocier sur les seules bases patronales. C’est la raison pour laquelle nous avons décidé de vous associer à la négociation avec le BHV pour trouver l’équilibre nécessaire entre vie professionnelle / Familiale et Associative.

Rien ne se fera sans Vous !

Paris, SUD-SOLIDAIRES BHV, le 03 septembre 2015

réorganisation acceuil encaissement

 

Le grand bluff (tract distribué le vendredi 12 juin)

Suite à l’audit dans lequel de nombreux collaborateurs ont pointés du doigt de nombreux dysfonctionnement (copinage, mépris des règles sur les droits des travailleurs en difficulté Etc…)

La Direction a décidé de restructurer l’Accueil Encaissement. Principe que Sud Solidaires BHV a approuvé en votant « Pour » en C.E et « Abstention » en CHSCT confiant dans la direction pour régler les problèmes.

Mais au vue des résultats de cette « Restructuration » nous hésitons entre applaudir des deux  mains la « carotte » de la décennie ou alors rigoler à la pire blague « Carambar » ayant jamais existé.

En effet, comment peut on appeler cela une restructuration si on prend les mêmes et on recommence !

Peut on croire que le copinage va disparaître alors que ceux qui étaient pointés du doigt dans l’audit restent quasiment à la même place ?

Des postes dans des bureaux (hotline) ont été créés, et auraient pu grandement améliorer les conditions de travail de certains collaborateurs ayant des restrictions médicales et pourtant la direction n’a pas proposé à ces personnes de passer les tests pour accéder à ses postes.C’est ça rétablir la justice au sein de l’Accueil Encaissement ?

De la même façon les tests pour les postes d’encadrants n’ont pas été proposés aux hôtes et hôtesse de caisse, alors que nombreux d’entre eux auraient eu les capacités nécessaires pour ce poste.

Une fois de plus la Direction a effectué ses choix à la tête du client et non en fonction des capacités de chacun. En conséquence de quoi, nous, Sud Solidaires bhv, désapprouvons totalement cette « restructuration » qui à nos yeux n’est ni plus ni moins qu’un pansement sur une jambe de bois.

Les conséquences négatives de cette réorganisation sont déjà visibles car plusieurs salariés sont en souffrance aujourd’hui.

Au nom de la justice et de la santé mentale des salariés, nous demandons que la direction revoie sa copie.

ACCORD SECURISATION DE L’EMPLOI :

francoisL’accord du 11 janvier 2013 signé par le patronat et trois syndicats minoritaires (CFDT, CFTC, CGC) représentant 38,7 % des voix aux dernières élections Prud’homales, marque une étape dans les relations sociales Françaises. Rarement un accord de ce niveau n’aura entériné autant de reculs pour les salariés.

Ainsi, ce n’est pas de sécurisation de l’emploi dont il est question dans cet accord élaboré par le MEDEF, car la sécurisation n’y est conçue qu’au profit des entreprises pour se prémunir de toute obligation de transparence et de justification, et se constituer une véritable immunité judiciaire.

Les contreparties lâchées par le patronat aux syndicats signataires ne sont que des mesurettes qui n’ont en réalité pas d’autre objectif que de créer un véritable statut de la précarité pour mieux développer ce marché du travail précaire qui désespère tant les salariés, ainsi :

La taxation des CDD courts sera aisément contournée en allongeant la durée des contrats au-delà des seuils, ou en remplaçant les CDD par des contrats d’intérim ; le coût de ce dispositif estimé à 110 millions d’€uros pour le patronat sera largement compensé par la réduction des cotisations sociales de 155 millions d’€uros obtenues par le biais des embauches de CDI de jeunes de moins de 26 ans.
La couverture Santé Complémentaire Généralisée, elle est renvoyée à la négociation de branche et en cas d’échec, ce n’est qu’en 2016 que toutes les entreprises seront tenues d’assurer la couverture d’un « panier de soins » limité, le tout financé à moitié par les salariés. Cette pseudo avancée s’inscrit dans une dégradation générale des remboursements de santé et se fera au seul profit des assurances privées qui voient là un marché juteux.
Les droits rechargeables des chômeurs renvoyés à la renégociation de la Convention UNEDIC, sans « aggraver le déséquilibre financier du régime d’assurance chômage » équivaut à dire que ce qui sera donné à certains chômeurs sera enlevé à d’autres…

Le patronat quant à lui peut se féliciter de l’accord. Il gagne à la fois une plus grande flexibilité et une plus grande sécurité juridique, car il obtient tout ce qu’il rêvait depuis des décennies, ainsi :

- En cas de baisse d’activité, les employeurs pourront au travers d’accords majoritaires des organisations syndicales, entreprise par entreprise : Moduler, Augmenter le temps de travail et Baisser les salaires, le refus du salarié donnant lieu à la rupture du contrat de travail pour motif économique non contestable, l’accord majoritaire des organisations syndicales de l’entreprise lui conférant une cause réelle et sérieuse.

- Pour le Personnel Temps Partiel, l’accord prévoit le lissage du temps partiel sur l’année, exemple : un temps partiel de 24 heures hebdomadaire ne sera plus apprécié et calculé hebdomadairement, mais sur l’année au gré de l’activité, le personnel Temps Partiel se verra donc imposé une flexibilité et une modulation horaire inconciliable avec la vie personnelle.

Mais cet accord de dupes, s’il a le malheur d’exister doit être ratifié par le parlement et c’est maintenant qu’il nous faut peser pour que les Elus de la Nation le réforme totalement, car la majorité de gauche au Parlement n’a pas été élue pour mener une politique d’inspiration aussi nettement libérale.

Car ne nous leurrons pas, la véritable sécurité pour le salarié, c’est celle de conserver son emploi, ou d’en retrouver un, pérenne et digne, dans des délais très brefs, et non celle consistant à obtenir des droits sociaux maintenus en cas de perte d’emploi en contrepartie de la possibilité de perdre plus facilement celui-ci.

Tant il est vrai qu’il est totalement illusoire d’obtenir des droits nouveaux potentiels pour les salariés les plus précaires si cela se fait en contrepartie d’une précarisation générale de l’ensemble des salariés.

Sylvie NICOLIER

Halte à la casse

le bout du tunel

La fermeture des magasins de Rosny et de Rives d’Arcin a attristé toute l’équipe du syndicat Sud solidaires BHV, dont certain y on passé quelques années. Elles font suite à une dure période de réduction des coûts pour le groupe BHV, Groupe qui devient une portion congrue.

La décision commerciale dépend entièrement d’une politique malsaine, basé sur le seul profit des actionnaires qui souhaitent une rentabilité immédiate.

Passé sous silence les dividendes ont été versés allègrement aux gros bonnets tandis que les salariés et démonstrateurs voient leurs conditions de vie au travail se détériorer et un manque à gagner toujours plus criant.

De nombreux accords de principes, donne une image édulcoré de l’intérêt que porte le gouvernement à la classe sociale des exploités.

Nous avons eut droit à un accord stress national qui prévoit une attention particulière sur la souffrance au travail.

Des minimas sociaux sont en négociation, un plan social se profile pour essayer de recaser les 108 personnes laissées sur le carreau.

Il y a loin de la coupe aux lèvres, derrière des accords de méthode, l’entreprise BHV n’a pas cesser depuis des années de poursuivre sont travail de sape des acquis sociaux.

Nous constatons tous à n’importe quels niveaux que nous nous situons sur l’organigrame une perte partielle et toujours plus importante de notre autonomie dans le travail.

Devant un désintérêt profond voir un mépris affiché par les responsables d’une telle banqueroute et les solutions sur du court terme qui met le groupe BHV de plus en plus dans le rouge, nous devons organiser la résistance et nous en avons les moyens.

Nous en avons aussi l’obligation, se profile des arrangements entre « partenaires sociaux, patronat et la mairie de paris entrainant la population vers des possibilités d’ouvertures des magasins en zone touristique 7 jours sur 7.

Pour renouer avec la réussite, c’est une autre histoire qu’il faut construire

Le choix des salariés est tout autre, basé sur la confiance, la reconnaissance des capacités l’entraide et la perspective d’avenir à long terme

Ce choix, il nous faut l’imposer,

C’est par la lutte que nous maintiendrons le respect de notre vie privée.

Restons vigilant et Rendez vous prochainement dans l’action.

loi sur les retraites aout 2010

drapeaux solidaires &Retraites : un projet de loi inacceptable !

Relèvement de l’âge légal de la retraite, baisse des pensions par le report de l’âge de décote, allongement de la durée de cotisations nécessaire pour une retraite à taux plein les « solutions» du gouvernement ne s’en prennent qu’à une seule classe sociale, celle des travailleurs/ses. Salarié(e)s en activité, en retraite, au chômage, jeunes en formation : nous devrions payer une crise qui n’est pas la nôtre, mais bien celle de leur système capitaliste. Secteurs public et privé,nous sommes tous concerné(e)s !

Nous avons des propositions, car d’autres choix sont possibles

L’âge de la retraite, le niveau des pensions, le nombre d’années de cotisation, ne sont ni le résultat d’un calcul démographique, ni l’expression d’un équilibre économique neutre, ce sont des choix politiques.
Pour :
• le Maintien de l’âge actuel de départ en retraite
• le Départ anticipé pour les travaux pénibles
• les 37,5 annuités de cotisation pour une retraite
• le Maintien des régimes spéciaux
• l’Indexation des pensions sur les salaires
• Pas de retraite inférieure au SMIC
Contre :
 212 milliards d’euros de bénéfices pour les entreprises françaises du CAC 40 entre 2007 et 2009
 3 milliards par an de « niches fiscales » réservées aux 1% plus riches
 15 milliards d’exonérations de cotisations sociales (stock options, intéressement, à taux plein mesures « pour l’emploi »).
 36 milliards de dividendes distribués aux actionnaires des entreprises du CAC 40 en 2009.
 Entre 2004 et 2007, les 0,01% les mieux payé-e-s ont gagné 40% de plus

C’est possible de l’argent il y en a…

Pour obtenir le retrait de ce projet de loi et une amélioration de la protection sociale de tous, il faut construire la grève générale dans tout le pays.

Le 7 septembre, débute l’examen du projet de loi au Parlement, la Grève et manifestations seront partout en France à l’appel de tous les syndicats. Le syndicat Sud Solidaires BHV appelle ses adhérents et sympathisants à participer à cette action nationale. Pour Paris, rendez vous au 1 rue des archives à 14 h00.

Eric Woerth, ministre du Travail, assure l’avenir de ses riches ami-e-s, Bettancourt et compagnie …
Occupons-nous de notre avenir à nous, de nos retraites !

horaires tardifs

manif nuitEncore une fois un grand magasin parisien décide de prolonger ses horaires d’ouverture laissant à la collectivité le soin de gérer les conséquences sociales ,économiques, et environnementales . Nous soumettons à votre réflexion qu’il s‘agit bien aussi d’une responsabilité des politiques sur l’organisation de la cité et des citoyens.

Conséquences sociales :
Les fermetures tardives entrainent, avec la raréfaction des transports publiques au-delà de 19h, une augmentation de fait des temps de trajets travail domicile, ainsi qu’une augmentation du sentiment d’insécurité.
Les fermetures tardives posent le problème de garde des enfants, notamment pour les familles monoparentales nombreuses dans le commerce.
Les fermetures tardives rendent difficiles la vie sociale et associative bien souvent calquée sur un modèle de fin de travail vers 18h
Les fermetures tardives diminuent de fait la présence parentale et l’aide quelle peut apporter à la scolarité des enfants.
Le volontariat, argument souvent mis en avant par les directions est un leurre. Car comment parler de volontariat quand, la conséquence du contrat de travail est la mise sous dépendance du salarié et que les nouveaux embauchés, nombreux avec le turn over important des salariés du commerce, ne peuvent avoir le choix s’ils veulent travailler .De plus qui remplace le salarié volontaire quand celui-ci est absent pour congé ou autre. Les grands magasins ont aussi comme particularité d’avoir une part très importantes (de 50% à 80% du personnel de vente, plus de 600 personnes pour le BHV RIVOLI) n’ayant pas de lien contractuel avec le magasin d’accueil et donc qui subissent de fait les contraintes horaires

Conséquences économiques :
Il appartient aux directions des magasins parisiens de faire la preuve qu’un prolongement des horaires d’ouverture entraine un supplément de chiffre d’affaires notamment quand l’alignement de la concurrence annule de fait les gains de part de marché obtenus. De plus en quoi une augmentation des ouvertures implique elles une augmentation du pouvoir d’achat de la clientèle.
Par contre plus d’ouverture c’est plus de frais fixes, que les directions récupèrent pour maintenir leurres marges ,en faisant pression sur les fournisseurs et les prix d’achat .En favorisant le sourcing à l’étranger ,fragilisant un peu plus le tissus industriel national .En augmentant les prix de vente. En récupérant le manque à gagner sur la productivité et les frais de personnel poste très important pour une entreprise de main d’œuvre comme le commerce.
La clientèle qui pourrait voir avec l’augmentation des ouvertures une opportunité est elle aussi flouée car plus d’ouverture avec le même nombre de salariés c’est moins de salariés disponible sur les différentes plages horaires donc moins de services .Le recours aux temps partiel aux c.d.d aux intérimaires ont souvent pour conséquences un personnel moins impliqué et moins attaché à l’entreprise et donc moins à même de satisfaire le client.

Conséquences environnementales
Des magasins ouvert plus tard c’est plus de circulation et plus de bruit tard le soir donc plus de nuisance pour les riverains.
Des magasins ouvert plus longtemps c’est plus de consommation d’énergie et donc un cout carbone plus important.
Des magasins ouvert plus tard c’est un besoin en sécurité (force de l’ordre pompier) plus important et donc un surcout pour la collectivité.

Cela fait plus de 20 ans que les grands magasins parisiens n’ont de cesse d’augmenter leurs temps d’ouverture, dimanche, jours fériés, horaires tardifs .A chaque fois les mêmes arguments gain de C.A et alignement sur la concurrence .Il suffit de regarder les bilans sociaux et économiques de ces entreprises pour voir que les conséquences négatives pour la collectivité sont bien plus importantes que les bienfaits. La nation et les localités doivent intervenir et légiférer pour mettre un terme à cette course au temps inefficace et couteuse socialement, économiquement et pour l’environnement.

activités au niveau du comité d’établissement

 

numérisation0001Guide activités sociales et culturelles du ce Bhv Rivoli et siège 2010

Edito

Ce guide des activités sociales et culturelles du C.E. BHV Rivoli est destiné aux Salariés et Démonstrateurs travaillant au BHV Rivoli & Siège. Il reprend les grandes lignes des activités mises en place depuis 2 ans.C’est aussi pour nous l’occasion de vous faire découvrir le site internet du Comité d’Etablissement, opérationnel depuis le 7 janvier 2010.

Nous espérons ainsi pouvoir toucher, au travers de ces outils de communication, l’ensemble de notre communauté de travail afin que tous puissent bénéficier des différentes activités proposées.

Directeur de publication: Sylvie NICOLIER   Comité de rédaction: Annie GUYOT   et: Massogul BA

Ce guide des activités sociales et culturelles du BHV Rivoli est une publication du C.E. BHV Rivoli. Les informations pubtées n’ont pas de valeur contractuelle et peuvent être soumis à modification et comporter des erreurs. Date de publication: 17.02.2010

  •   Les Talents cachés du BHV

Ce concept, qui est aussi une de nos rubriques du web a pour objet de faire connaître à la collectivité du personnel qui travaille au BHV Rivoli, qu’il y a bien une vie avant et après le travail, un au-delà de l’entreprise, afin de recréer des liens conviviaux et fraternels pour mieux vivre ensemble. En effet, dans une société où l’individualisme à outrance est devenu la norme, nous nous devons de recréer un collectif de travail où il fait bon vivre. Cette rubrique a pour but de présenter aux salariés les personnes qui ont une passion, un don, un talent caché, une pratique artistique ou sportive, un engagement humanitaire, etc… pour créer un enrichissement collectif permanent. Nous présenterons une mise en valeur de vos différents talents sur le site de manière périodique et nous organiserons des rencontres pour mieux mettre en avant vos talents, et pour vous faire connaitre à l’extérieur du BHV. Le rôle d’un Comité d’Entreprise c’est aussi de promouvoir une culture différente de celle de la marchandisation, n’oublions pas le rôle majeur des Comités d’Entreprise qui dans les années 1950 ont fait connaître au grand public des artistes aujourd’hui incontournables comme Jean FERRAT, Yves MONTAND, Jacques BREL BARBARA, Juliette GRECO, Georges BRASSENS … Nous faisons donc appel à vous tous qui avez des passions à faire partager, communiquez-nous vos coordonnées afin de pouvoir participer à cette aventure  Pour nous faire partager vos talents, envoyez- nous un mail à ce.bhv.rivoli@orange.fr ou bien venez au C.E. pour vous faire connaître.

Bonne lecture et bonne découverte, pour ceux qui ne connaissent pas encore le C.E. BHV Rivoli! Rédacteur en chef: Jean-Claude BIGEL

  •  Enfance

Le secteur Enfance du C.E. BHV Rivoli se décline dans neuf activités distinctes.

Bons naissance. pour la venue au monde de votre enfant. le C.E. vous offre – sur présentation d’un justificatif – des chèques cadeaux Kyrielles d’une valeur de 105 €.

Arbre de Noël. Chaque année, le dernier dimanche de novembre, le C.E. organise une journée consacrée aux enfants des salariés, âgés de 0 à 12 ans. Le matin est offert un spectacle à l’affiche d’un théâtre parisien. Tout au long de la journée, la remise des cadeaux de Noël se fait autour des animations à thème. Depuis Noël 2008, un livre est remis avec le jouet. Et depuis 2009, des bonbons artisanaux accompagnent la remise des cadeaux.

Colonies. En 2008, refonte de la grille des subventions avec augmentation du taux de subvention du C.E., passant ainsi d’un maximum de 70 à 80 % et d’un minimum de 30 à 40 %, selon le quotient familial. Les centres sélectionnés sont uniquement en France [sauf Grimentz (OSSEC) et Caldes d'estracq (OSSEC), proches de la frontière française]. Le catalogue des organismes proposés a également été augmenté. Les réservations se font au C.L sur présentation de l’avis d’imposition de l’année antérieure. Nouveauté 2010: Le C.E. a choisi un nouveau produit (C.E.I. – Club des 4 vents) proposant des séjours de vacances en région parisienne, du lundi au vendredi. au prix brut de 290 € par semaine, hors subvention: une opportunité de plus pour les enfants de s’aérer et de remplacer ainsi les formules de centre de loisirs qui ne correspondent plus aux attentes des parents et des enfants.

Week-ends thématiques. Mise en place en 2008 du premier « week-end chiens de traineaux ». dans le Jura, au prix unique de 50 €. Ce week-end est devenu un classique, compte tenu de son succès. Depuis, mise en place d’autres week-ends: en 2010, deux week-ends sont déjà prévus. Europapark (Allemagne) et Piste des indiens (Normandie].

Mercredi thématique. Création en 2008 des mercredis thématiques pour les enfants, de 6 à 12 ans, au prix unique de 15 € (transport, repas, goûter et activités compris). Au premier semestre 2010, quatre mercredis sont déjà prévus (Centre Kapla, baptême de plongée, odyssée verte à Rambouillet. vol d’initiation en avion de tourisme].

Rentrée des classes. Depuis 2009, la subvention pour l’achat de fournitures scolaires a été doublée, passant de 20 à 40 %. Elle est destinée aux enfants scolarisés du CP jusqu’à l’âge de 18 ans inclus. Subvention classe vertes. Créée en 2008, la subvention représente 20 % de l’activité et est plafonnée à hauteur de 100 €. Concerne les enfants partant en classe de découverte, du CP jusqu’à l’âge de 18 ans inclus.

sport Enfant. Cette subvention, créée en 2008, concerne tous les enfants des salariés à charge fiscale. Sur présentation d’une attestation officielle de paiement d’un club sportif ou d’une association sportive, le C.E. établit un chèque de remboursement de 60 € maximum (40 € en 2008.

  • Loisirs

Le secteur LOISIRS du C.E. BHV Rivoli concerne trois activités principales, à savoir les locations France, les séjours organisés et le sport adulte.

Locations France. Les locations s’adressent aux familles ou aux individuels, qui choisissent une location sur le territoire métropolitain parmi les organismes partenaires du C.E.. Le C.E. subventionne deux locations par an, à savoir une semaine pour la saison hiver-printemps et de une à trois semaines consécutives sur la même location pour la saison été-automne. Depuis 2008, la grille des subventions a été revue à la hausse: l’enfant représente une part, le célibataire sans enfant. deux parts, les subventions sont désormais calculées selon le quotient familial et ne sont plus basées sur des montants fixes dégressifs, comme auparavant.

Séjours organisés (en France et à l’étranger ). Le C.E. organise, avec ou sans partenaire voyagiste selon la destination, des séjours d’une semaine à un week-end, en France et à l’étranger. Compte tenu du succès de ces séjours, le C.E. a mis en place, depuis 2008, une liste de préinscriptions étudiée au cas par cas par la Commission Loisirs afin que tous puissent prendre part à ces séjours organisés, en fonction des participations antérieures. Depuis 2008, la grille des subventions a été revue à la hausse: l’enfant comptabilise une part. le célibataire sans enfant compte deux parts, les subventions sont désormais calculées selon le quotient familial et ne sont plus basées sur des montants fixes dégressifs, comme auparavant. En 2009, le C.E. a décidé également qu’une subvention fixe serait appliquée pour tous sur le prix initial du voyagiste, la subvention selon le quotient familial intervenant – Londres février 2010 : de 115,60 € à 202,30 €, selon le quotient familial. pour 3 jours/2 nuits – Vienne avril 2010 : de 148 € à 259 €, selon le quotient familial. pour 3 jours/2 nuits – New York juin 2010 : de 288 € à 504 €, selon le quotient familial. pour 5 jours/3 nuits …

Sport Adulte. Comme pour les enfants, en 2008, a été créée une subvention sports pour le salarié ouvrant-droit, fixée à 60,00 € pour l’année 2009-2010. Sur présentation d’une attestation officielle de paiement d’un club sportif ou d’une association sportive, le C.E. établit un chèque de remboursement de 60 € maximum (40 € en 20081. Le C.E. propose également au salarié ouvrant-droit. la possibilité d’adhérer à des salles de sport (Club Med Gym, vit’halles). avec une subvention de 31 € sur les prix collectivités et la possibilité d’échelonner sur 10 mois sans frais le paiement de l’adhésion. Ces deux offres ne sont pas cumulatives.

  • Culture

Le secteur CULTURE du C.E. BHY Rivoli représente cinq activités distinctes, à savoir le Cinéma, les Chéquiers Culture, la Sélection culturelle, les Musées et les Parcs d’attractions.

Le Cinéma. L’activité Cinéma concerne l’achat de billets cinéma pour les salles MK2, Pathé-Gaumont et UGC. Depuis 2008, les billets sont au prix unique de 3,50 € au lieu de 5 à 6 €, selon les salles, auparavant. Le C.E. délivre au maximum 8 billets par salarié par période de deux mois. Depuis 2009, il est possible pour les salariés ouvrant droit ayant opté pour un abonnement annuel d’obtenir, sur présentation d’un justificatif, un remboursement forfaitaire maximal de 100,00 €. Ces deux offres ne sont pas cumulatives.

Les Chéquiers Culture. A l’occasion du 60ème anniversaire du C.E. BHY Rivoli. en juin 2009, un Chéquier Culture d’une valeur de 50 € a été offert à l’ensemble des salariés. Depuis, le C.E. propose à la vente des Chéquiers Culture d’une valeur de 30 € subventionnés à hauteur de 50 %.

La Sélection culturelle. Depuis novembre 2009, le C.E. propose au salarié ouvrant droit et à ses ayants droit une sélection culturelle incluant : Ballets, Concerts, Dîners Jazz,  Festivals, Opéras, Spectacles et Théâtres. Les salariés bénéficient de 50 % de subvention sur la  sélection culturelle proposée par le C.E., deux fois par an.

Les Musées. Depuis 2009, le C.E. subventionne les abonnements annuels des musées nationaux à hauteur de 50 % (limité à 50 € par an), sur présentation d’un justificatif.

Les Parcs d’Attractions. Depuis octobre 2009, le C.E. propose au salarié ouvrant droit et à ses ayants droit une subvention de 50 %, deux fois par an, sur les billets d’entrée aux Parcs d’Attractions.

  • Social  

Restaurant du Personnel. Le C.E. verse 39% de sa subvention au BHY qui gère, par convention, la gestion du Restaurant du Personnel. Les élus du Comité font remonter les remarques et souhaits des salariés, lors d’une commission semestrielle composée d’un représentant de la direction du BHY, des membres de la Commission Restaurant du personnel et des représentants du Restaurant du Personnel.

Juridique. Le C.E. propose aux salariés une consultation juridique mensuelle avec un avocat du Barreau de Paris dans les locaux du Comité d’Etablissement, pour toutes les questions relatives au droit de la famille, droit de la personne, procédures civiles (hors droit du travail). N’hésitez pas à nous contacter pour prendre rendez-vous en cas de besoin. (Au C.E., poste: 97.31).

Aides et prêts sociaux. Le C.E. BHY Rivoli consacre 11 % de son budget Activités Sociales et Culturelles au Social. Ce budget a été délégué dans sa gestion courante, au Service Social du BHY . Concrètement. ce sont les assistantes sociales qui décident d’allouer les Aides, Aides-Décès et les Prêts sans intérêt (relogement et voyage). Aussi. en cas de besoin, n’hésitez pas à contacter le Service Social au 01.42.7 4.92.06.

Fête des mères Cette activité, qui de tout temps a été gérée par la Direction du BHY, a été rétrocédée au Comité Central d’Entreprise (C.C.E.) en 2009, suite à un redressement fiscal de l’URSAFF. Depuis mai 2009, c’est le C.E. du BHV Rivoli qui organise la remise des cadeaux aux mères de famille de l’établissement, pour sa part.

Retraités Le BHV verse annuellement une subvention pour les retraités du BHV Rivoli C.E. consacre à l’organisation d’un repas annuel à l’occasion du nouvel an afin qu’ils partagent un moment de convivialité, entre eux.

tableau subvention