horaires tardifs

manif nuitEncore une fois un grand magasin parisien décide de prolonger ses horaires d’ouverture laissant à la collectivité le soin de gérer les conséquences sociales ,économiques, et environnementales . Nous soumettons à votre réflexion qu’il s‘agit bien aussi d’une responsabilité des politiques sur l’organisation de la cité et des citoyens.

Conséquences sociales :
Les fermetures tardives entrainent, avec la raréfaction des transports publiques au-delà de 19h, une augmentation de fait des temps de trajets travail domicile, ainsi qu’une augmentation du sentiment d’insécurité.
Les fermetures tardives posent le problème de garde des enfants, notamment pour les familles monoparentales nombreuses dans le commerce.
Les fermetures tardives rendent difficiles la vie sociale et associative bien souvent calquée sur un modèle de fin de travail vers 18h
Les fermetures tardives diminuent de fait la présence parentale et l’aide quelle peut apporter à la scolarité des enfants.
Le volontariat, argument souvent mis en avant par les directions est un leurre. Car comment parler de volontariat quand, la conséquence du contrat de travail est la mise sous dépendance du salarié et que les nouveaux embauchés, nombreux avec le turn over important des salariés du commerce, ne peuvent avoir le choix s’ils veulent travailler .De plus qui remplace le salarié volontaire quand celui-ci est absent pour congé ou autre. Les grands magasins ont aussi comme particularité d’avoir une part très importantes (de 50% à 80% du personnel de vente, plus de 600 personnes pour le BHV RIVOLI) n’ayant pas de lien contractuel avec le magasin d’accueil et donc qui subissent de fait les contraintes horaires

Conséquences économiques :
Il appartient aux directions des magasins parisiens de faire la preuve qu’un prolongement des horaires d’ouverture entraine un supplément de chiffre d’affaires notamment quand l’alignement de la concurrence annule de fait les gains de part de marché obtenus. De plus en quoi une augmentation des ouvertures implique elles une augmentation du pouvoir d’achat de la clientèle.
Par contre plus d’ouverture c’est plus de frais fixes, que les directions récupèrent pour maintenir leurres marges ,en faisant pression sur les fournisseurs et les prix d’achat .En favorisant le sourcing à l’étranger ,fragilisant un peu plus le tissus industriel national .En augmentant les prix de vente. En récupérant le manque à gagner sur la productivité et les frais de personnel poste très important pour une entreprise de main d’œuvre comme le commerce.
La clientèle qui pourrait voir avec l’augmentation des ouvertures une opportunité est elle aussi flouée car plus d’ouverture avec le même nombre de salariés c’est moins de salariés disponible sur les différentes plages horaires donc moins de services .Le recours aux temps partiel aux c.d.d aux intérimaires ont souvent pour conséquences un personnel moins impliqué et moins attaché à l’entreprise et donc moins à même de satisfaire le client.

Conséquences environnementales
Des magasins ouvert plus tard c’est plus de circulation et plus de bruit tard le soir donc plus de nuisance pour les riverains.
Des magasins ouvert plus longtemps c’est plus de consommation d’énergie et donc un cout carbone plus important.
Des magasins ouvert plus tard c’est un besoin en sécurité (force de l’ordre pompier) plus important et donc un surcout pour la collectivité.

Cela fait plus de 20 ans que les grands magasins parisiens n’ont de cesse d’augmenter leurs temps d’ouverture, dimanche, jours fériés, horaires tardifs .A chaque fois les mêmes arguments gain de C.A et alignement sur la concurrence .Il suffit de regarder les bilans sociaux et économiques de ces entreprises pour voir que les conséquences négatives pour la collectivité sont bien plus importantes que les bienfaits. La nation et les localités doivent intervenir et légiférer pour mettre un terme à cette course au temps inefficace et couteuse socialement, économiquement et pour l’environnement.